Je ne sais pas comment ou pourquoi c’est arrivé. Plus rien, NADA. « T’écris plus? ». Ben non, je sais plus quoi dire. Y a rien de nouveau sous ton soleil ou moi, sous ma neige. Mme Expat était en manque d’inspiration.

Comment ne peux-tu avoir plus rien à raconter? « T’as plus envie? » Non, c’est pas ça. Je crois juste qu’après 10 mois, on s’est habitué. Après les ajustements entremêlés de découragements, on vit notre quotidien maintenant, petit train-train avec un wagon de moins. Un trajet de 60 jours, au gré des saisons qui se suivent, sonnerie après sonnerie et à grand coup de vie occupée. Une destination long-terme, un arrêt après l’autre.

Voyez-vous ici, Mme Expat est aussi Mme En affaires. Elles se sont côtoyées quotidiennement dans les derniers mois. J’ai donné à la première un rôle secondaire; la deuxième a pris le dessus sur tout le reste, incluant ma vie de Guinéenne par procuration. Quand le départ est « avalé », que la solitude ne t’effraie plus et que l’attente de l’autre est une note dans ton agenda, tu te crées une vie en parallèle. Tu dors en diagonale, tu manges telle une cégépienne, tu ramasses plus la vaisselle et tu te rases les jambes moins souvent. Tu fais ce qu’il te plait sans aucun compromis. Tu sais que vous vous parlerez à 15h00, direz « bonne nuit » à 17h30 pis un « bonne journée » à 7h00. Alors, tu remplis ton horaire. Peut-être pour ne pas t’ennuyer, peut-être pour t’étourdir un peu, surtout parce que tu veux être libre de tout quand il sera enfin là.

Pour la première fois cette année, Mr Expat revenait à la maison. Pour la première fois, je travaillais, pas de congé pour Mme. J’ai eu peur. Peur de ne pas savoir comment laisser tomber le mode parallèle pour repartager les oreillers. Peur de devoir me diviser, de ne plus être comprise. Peur de ne pas nous reconnaître. L’absence est créatrice de pensées perceptives. Des craintes démesurées, déraisonnables, à la limite enfantines.

J’avais oublié être deux. Mais quand t’as toutes les lettres du mot complice, la distance n’a aucune force dessus. Le simple est revenu. Le complet aussi. S’écraser devant la série qui est sortie il y a bien longtemps mais que vous vous étiez promis de regarder ensemble, boire beaucoup de vin même un mardi soir, aller au resto et te faire lire ton horoscope, 2 petits trèfles, 3 petits cœurs.

Je ne sais pas si j’aurais de nouvelles choses à dire. Je ne le sais jamais vraiment d’ailleurs. Je sais que MON expat continue à m’inspirer quotidiennement même si je ne vous l’écris pas. Il est beaucoup plus fort que moi, car si moi je n’ai rien à dire, lui n’a rien à vivre d’autre que mes mots et ma voix partagée.

CNB Communications

175, rue Jeanne-Crevier
Trois-Rivières G8Y 1B1
819-989-0201
© CNB Communications 2018 - Propulsé par la Brigade Web