On savait ce qu’on ferait de ces 66 jours éloignés. Une chance de s’expatrier ensemble, le temps d’un « off ».

Les « off », ça c’est le X sur votre calendrier, celui du retour tant attendu, celui que vous visualisez depuis le premier jour, celui autour duquel vous bloquez votre agenda, non négociable. Certains vont retrouver leurs enfants, leur blonde ou les « boys », histoire de se remplir la boîte à bonheur avant le prochain décollage.

On a 15 jours. C’est tout. C’est grand. Les enfants sont vieux, les « boys » sont casés et puis, la blonde, ben c’est moi. Alors, il ne rentrera pas à la maison, on part se cultiver l’occasion ailleurs dans le monde.

Planifier notre liberté

On s’est fait une liste des endroits qu’on voudrait voir. Toute une liste, qui prendrait un contrat de 5 ans mais on n’ira pas là, croyez-moi ! En bons organisateurs que nous sommes, on s’est réparti les tâches. Mr, les Airbnb, Mme, les avions. Notez bien ici que lorsque je parle d’avions, ce sont les miens évidemment. Les expatriés ont tous un super planificateur qui vous règle ça en un tour de main et trois clics de souris – one way ticket, bon voyage. J’ai tout prévu et me suis surpassée dans la catégorie « faut pas que » ; faut pas qu’on soit décalés, faut pas que je fasse 36 aéroports, faut pas que je reste 10 heures en transit. Ouf ! Mais tout se fait sauf prévoir la grève d’Air France ! Bon, ce n’est pas comme si les transports publics et les grèves en Europe n’étaient pas un classique. Même le super planificateur ne l’avait pas vu venir celle-là. Plan B, C, D à la rescousse avec une ou deux prières.

Trouver où loger n’est pas complexe du tout, c’est surtout très drôle de visiter des apparts simultanément, avec un océan qui te sépare, un téléphone collé aux oreilles et une étonnante capacité à exceller dans le descriptif audio. T’as beau essayer de te repérer sur la carte, que tu ne comprends pas encore parce que t’es pas polyglotte, tu finis par choisir les besoins essentiels : une laveuse, l’autobus pas loin et le wifi.

« Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps »

Ensuite, reste le bonheur simple. Tu navigues sur le web pour trouver des activités pour les touristes et celles plus insolites ; prendre un spa dans de la bière, ça n’arrive qu’une fois dans une vie après tout ! J’ai passé des heures sur You Tube à regarder « les 10 meilleures endroits pour… »; je vous sauve du temps, ils finissent tous par vous recommander les mêmes choses. J’aurais dû noter toutes les adresses mais je ne pense pas les retrouver de toute façon. Ça ira au gré des rues, c’est ça voyager non ? Voyager léger aussi, si possible. J’ai été nommée transporteur officiel ; la moitié de mon sac est rempli de « pourrais-tu m’apporter » qui se termine en « pèse et repèse la valise ». Je serai plus légère au retour, mon cœur sera bien assez lourd.

On a 15 jours. C’est ça qui entretient notre couple. Le temps ne s’éternise plus, il se bonifie à l’idée qu’on va se revoir, comme deux ados amoureux, comptant les dodos. Se retrouver dans un aéroport quelque part, avouez que c’est romantique à souhait. Alors, vous m’excuserez, mais on se revoit à Prague.